samedi 13 décembre 2014

La maison abandonnée

Architecture balnéaire - Corniche Vendéenne - Saint Gilles Croix-de-Vie en Vendée


LA VIEILLE MAISON 

Silencieuse et abandonnée, 
la maison soupire nostalgique,
se remémorant
les rires des enfants 
absents.

4 commentaires:

  1. aux paupières closes
    la maison s'est refermée
    sur ses souvenirs

    en son coeur demeure
    l'odeur des jours aimés

    Bien amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ces si jolies demeures vouées à la démolition et remplacées par des immeubles sans âme ... Tant de trésors perdus qui font la richesse culturelle d'une région.
      L'état de cette maison m'a touché. Si quelqu'un pouvait la sauver des assauts de la boule de démolition ... Restaurée, elle pourrait continuer l'histoire encore et encore.

      Je connaît votre amour pour les maisons abandonnées ... Peut-être m'a-t-elle vu la regarder longuement au point de vouloir l'immortaliser de peur qu'on l'oublie.

      Merci beaucoup Yanis d'avoir laissé ce joli poème à la Maison Abandonnée. Peut-être bien qu'il allégera sa peine.

      Supprimer
  2. Abandonnée. Livrée au temps qui passe. Peut-être même, n'est-elle pas à vendre, cette maison d'une autre époque qui a du être belle en son temps. L'on perçoit, en passant devant, qu'il n'est peut-être pas encore trop tard, qu'elle pourrait échapper à la destruction, ne pas disparaître, être restaurée, redevenir habitable, habitée, vivante donc... Qu'il faudrait que quelqu'un le désire vraiment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " ... il faudrait que quelqu'un le désire vraiment ..."

      Parfois, ces maisons héritées, deviennent une charge insurmontable et pourtant ... Tout devrait être fait pour que " celui qui le désire vraiment " y parvienne.
      Parfois, leurs souvenirs leur sont arrachés douloureusement ... Commence alors un long chemin qui mène au détachement ... Si l'argent facilite la vie de beaucoup, son absente rend la vie d'autres bien pénible ... Nous voyons de plus en plus de vies à la dérive en ville. Lyne, pourtant chaque année nous fêtons Noël!
      Plus rien a de sens vraiment. Nous vivons dans l’artificiel. Mon cœur se serre.

      Merci pour tes échanges toujours bienvenus.

      Supprimer

Merci d'avoir emprunté ce petit chemin!