dimanche 21 mai 2017

mercredi 17 mai 2017

Les nouveaux locataires

Ici c'est son territoire! Pourquoi l'ont-ils choisi madame et monsieur merle au tout début du printemps? 








Perché tout en haut
du laurier feuillu —
un nid de merle!


Un sacré défi pour la chatte qui n'a plus à prouver sa qualité de prédatrice douée. Elle sait depuis toujours que là haut se trouve l'objet de sa convoitise. Le printemps va bon train.

Un beau matin, montent jusqu'à la fenêtre à l'étage des piaillements affligeants, obligeant les parents à des allers-retours incessants pour nourrir les oisillons affamés! Les parents ont été remarquables d'abnégation et patience des jours et des jours durant.




« L'évolution d'une nichée de merles noirs suivie par M. Christian Labeaune pendant 15 jours au jour le jour, un film en quatre parties. » C'est un magnifique document qui illustre cette aventure qui a eu lieu également dans notre jardin. Un grand Merci à ce photographe amoureux de la Nature.

Parfois, poussée par la curiosité, la chatte montait s'installer sur le rebord de la fenêtre feignant dormir. Au moindre mouvement du feuillage, seulement ses oreilles bougeaient, prouvant ainsi son intérêt pour le précieux contenu du nid. Le calme revenu, ses yeux mi-clos se refermaient alors.


Toute la durée de l'élevage des oisillons, les merles ont mené sans relâche la défense de leurs trésors contre la convoitise de la chatte. Ils ont exécuté de longues et énergiques parades devant son nez et des vols à rase-motte au dessus de sa tête tout en piaillant, dans le but de l'éloigner des lieux. Mais il est difficile de convaincre un chat à quitter son territoire et impossible de le voir nouer des liens d'amitié avec un quelconque oiseau. Cependant, elle finissait toujours par rentrer à la maison, les oreilles rabattues et agacée par un pareil acharnement de la part des oiseaux.

C'est alors qu'hier, un vacarme inhabituel dans le jardin m'a fait dévaler l'escalier à vive allure. À mon arrivée, les oiseaux se sont envolés et la chatte est venue me voir comme d'habitude, s'allongent à mes pieds au milieu du jardin. Étrangement, tout semblait normal.


Quand tout à coup elle bondit, pour disparaître sous la haie d'où elle était sortie à mon arrivée. Aussitôt, l'un des jeunes merles de la nichée s'envole, suivi par la chatte et moi derrière! Elle ressort d'une autre haie avec l'oiseau dans la gueule. Je m'approche d'elle, lui caressant le dos et je récupère l'oiseau qui s'échappe à nouveau sur la pelouse. La chatte se précipite. Je me précipite également. Dans mes mains, l'oiseau saigne et perd quelques plumes. La chatte elle aussi a deux plumes collées sur son pelage.

Perchée sur une chaise du jardin, je me suis hissée le plus loin que j'ai pu et j'ai poussé doucement l'oiseau à l'intérieur de son nid. Plus tard, j'ai aperçu un mouvement dans le feuillage. C'était lui. Quant à la chatte, elle est restée enfermée à l'intérieur de la maison jusqu'au lendemain.

Les merles sont revenus avec le soleil et la chatte s'est mise à l'ombre, parce qu'il fait chaud.





J'espère que toute la petite famille pourra enfin se rencontrer ensemble sur les branches des cerisiers et des platanes environnants et profiter des beaux jours. Que les parents apprennent aux jeunes merles à se méfier des chats. Celui là, a certainement retenu la leçon.

Une bonne surprise, ce matin 18 mai, une amie a partagé un lien avec ce titre: « Que faire si vous trouvez ... Un oisillon en détresse? » C'est un excellent article en forme de BD de Margaux Kindhauser alias Mara, dessinatrice et scénariste de BD qui adore les oiseaux à lire absolument!

Crédit photo © Mara-Margaux Kindhauser